En remontant le Péloponnèse

Vendredi 26 juin : Petit vent, force 3, au près, sous GV et génois, nous quittons l’anse Elena, direction Porto Kayo… A l’approche du mouillage prévu, l’accueil venteux (vent de 15 à 20 nds + rafales à plus de 25 nds) refroidit notre enthousiasme. Par ailleurs, des infos glanées auprès de Maïté et André, amis plaisanciers qui sont passés ici l’an dernier, nous renforcent à continuer la route; c’est à dire, passer le cap Ténare (ou cap Metapan) puis remonter le golfe de Kalamata vers le mouillage de Koroni, soit encore 35 milles…. Nous qui pensions faire aujourd’hui une petite étape après les 80 milles d’hier !!

23h00 – Mouillage de nuit dans la baie de Limanaki, le long de la plage. Fond de sable de bonne tenue. Gros dodo bien mérité, puis réveil dans une très belle brume de beau temps. Après la baignade matinale, dans une eau limpide (on voit très bien l’ancre plantée dans 10 m de fonds), nous faisons route vers Pylos.

C’est une marina désaffectée, à l’abandon, mais encore utilisée par les locaux, quelques plaisanciers de passage, et des “routards voileux” qui ont passé l’hiver, puis le confinement ici (C’est gratuit car il n’y a plus d’autorité portuaire; c’est un peu ça la Grèce !). Un Allemand nous propose de se mettre à couple de son bateau, en extrémité de ponton. Si le port est triste et “glauque”, le village de Pylos est très agréable, typiquement grec avec sa place ombragée et les nombreuses tavernas. Cela nous permet de refaire quelques “appros” de frais et de pain.

 

Dimanche 28 juin : L’idée d’un arrêt à Kiparissia pour faire des courses est abandonnée (nous sommes dimanche, aucun magasin ne sera ouvert). Filons directement sur Katakolon, atteint après une cinquantaine de milles. Situation économique, puis COVID sont passés par là, ici aussi il n’y a plus d’autorité portuaire, donc plus de réponse à nos appels VHF. On se trouve une petite place dans l’angle du quai du chantier, parmi les “locaux”, ce qui nous permet de “squatter” un robinet d’eau; pour la prise électrique, vu la vétusté de la borne, ne prenons pas de risques… les panneaux solaires vont suffire. C’est un port et une station qui accueille habituellement des bateaux de croisières pour la visite des sites d’Olympie (à 50 km en petit train). Le village est complètement désert : pas une petite supérette, boulangerie fermée et tavernas sinistrement vides!

 

Lundi 29 juin. Le seul intérêt de katakolon est la proximité du site archéologique d’Olympie, situé à une quarantaine de km. Un petit train au départ de Katakolon dessert la gare d’Olympia; départ 8h30 et retour 13h30, c’est le seul aller-retour disponible les jours où il n’y a pas de navires de croisière qui font escale ici. Nous partageons le voyage avec quelques locaux, qui se rendent à la ville proche, et une famille de plaisanciers allemands qui ont hiverné en Grèce à Corfou. Ils sont partis il y a 3 – 4 ans, ont 3 enfants dont une petite fille de 18 mois, qui a appris à marcher dans le bateau l’année dernière. C’est très amusant de la voir se déplacer dans le compartiment avec une démarche typique de “marin au long cours”.

Le site d’Olympie est à la sortie du village, après avoir traversé la rue commerçante de boutiques à touristes et de tavernas. La visite est très agréable, nous sommes au maximum une douzaine de visiteurs. Il y a 3 sites: le site archéologique proprement dit (superbe, ombragé, et très bien entretenu et surveillé), le musée archéologique sur l’histoire d’Olympie (son histoire anté-Jeux, et sa période de prospérité jusqu’au IVème et Vème siècle), et le musée des Jeux Olympiques anciens. C’est fabuleux de se dire que ces jeux anciens ont duré pratiquement un millénaire, et y compris pendant une très longue période de l’occupation romaine. C’est comme si nos Jeux Olympiques modernes avaient débuté sous le règne de Robert II le Pieux (fils d’Hugues Capet) en l’an 1000!!!

 

Une fois la visite d’Olympie effectuée, nous avons hâte de quitter ce lieu désert, sans aucune commodité et aucun échange possible avec d’autres plaisanciers ou les locaux. Nos voisins Allemands partent mardi matin, et les Anglais sont déjà partis. Ces derniers nous ont déconseillé de faire le plein de gas-oil ici (GO de très mauvaise qualité, très cher et tromperie sur le volume distribué). Ils ont dû rester ici 3 jours pour vidanger et nettoyer leur tank à gas-oil!!!

Nous décidons rapidement de monter vers l’île de Zarkinthos et commençons à cogiter pour amorcer la traversée vers l’Italie du sud. Les prévisions météo annoncent une longue période de vents forts plein nord…Est-ce que cela vaut le coup de remonter face au vent pour lancer la traversée à partir du nord de Lefkas, ou on peut profiter d’une petite fenêtre météo pour se lancer à partir de Zarkinthos… Allons nous positionner au Nord-Est de Zarkhintos pour prendre notre décision….

Lien Permanent pour cet article : http://maestral17.eu/en-remontant-le-peloponnese/

6 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

    • Monique FORT sur 13 juillet 2020 à 22 h 20 min
    • Répondre

    Coucou vous deux
    Je suis absolument ravie de reprendre le cours de votre aventure
    C’est génial de nous faire rêver ainsi
    Que vos photos sont belles !!!!
    Merci à vous deux et bon vent
    Bises

    • catherine PIERRE sur 13 juillet 2020 à 9 h 12 min
    • Répondre

    Coucou
    Quel beau périple, que de belles couleurs.
    Contente de suivre vos aventures.
    Bonne navigation
    Bises à vous

    • Sabine sur 11 juillet 2020 à 13 h 10 min
    • Répondre

    On sent votre envie d’immortaliser et d’en profiter à fond, j’adore la photo de Maryse qui entre dans le stade en « portant » la flamme olympique !!!
    Merci pour tous ces partages !!!

    • Cazenave brigitte sur 10 juillet 2020 à 23 h 53 min
    • Répondre

    Très belles images et Merci pour ce super reportage.
    A la fois privilégiés d’être rares sur les sites mais en même temps courageux dans un tel contexte.
    Profitez en prenant bien soin de vous !

    • Mouilleron Monique sur 10 juillet 2020 à 15 h 10 min
    • Répondre

    J’apprends plein de choses, génial de suivre vos pérégrinations grecques. Je regarde sur une carte détaillée de la Grèce vos points de chute. Merci d’essayer de nous faire vivre votre aventure, vous nous faites rêver.

    • Audrey sur 10 juillet 2020 à 11 h 42 min
    • Répondre

    Super de suivre vos aventures, j’ai de bons souvenirs du musée d’Olympie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.